La Colombie, un pays multiethnique et multiculturel

-

Depuis la conquête et la colonisation espagnole, le processus de métissage en Colombie a donné naissance à une culture variée, riche en manifestations et coutumes d’origines diverses.

 

Le métissage, marqué depuis la conquête, témoigne de la multiplicité ethnique qui fait de ce pays, un pays très varié. La Colombie se caractérise par sa diversité culturelle, ses régions, sa gastronomie et ses fêtes traditionnelles.

 

Cette diversité se voit également reflétée dans la Constitution politique de 1991, qui proclame les droits d’une nation pluraliste et libre. Le recensement publié par le DANE indique que 10,6% de la population colombienne est d’origine africaine, 3,4% d’origine indigènes et 0,01% d’origine gitane. Les 85% restants résultent d’un métissage.

 

Le processus de métissage en Colombie

Après la conquête, trois cultures se sont mélangées : les indiens d’Amérique, les européens (espagnoles) qui représente la grande majorité et les Africains. Ainsi, sont nés des métis (descendants d’Amérindiens et de Blancs), des mulâtres (descendants de Noirs et de Blancs) et de zambos (descendants d’Amérindiens et de Noirs). Des Arabes, des juifs et des gitans sont également arrivés dans le pays mais moins nombreux.

 

En raison de ce mélange constant, la Colombie possède une culture fascinante, reconnue pour la qualité de ses gens. Tous les colombiens sont fiers de leur pays et aiment le parcourir au son des rythmes musicaux contagieux et de la nourriture préparée avec des ingrédients locaux.

 

La diversité culturelle qui permet la richesse des expressions sociales représente aujourd’hui, sans aucun doute, l’une des caractéristiques les plus remarquables des colombiens. Ici, personne n’a honte de rire ou de danser à tout moment. Au contraire, c’est pour les colombiens une expression naturelle du bonheur qu’ils ont dans leur sang.

 

De là, naissent des fêtes et célébrations telles que le carnaval en Noir et Blanc, qui a lieu à San Juan de Pasto. Ce carnaval célèbre, rend hommage à la diversité culturelle et le mélange de races typique de la Colombie.

 

L’origine de la population colombienne

Les Amérindiens, en particulier la famille Chibcha, ont été les grands colons de ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de Colombie, et dans leurs racines se trouve tout cet héritage précolombien du pays. À l’heure actuelle, parmi les tribus amérindiennes qui peuplaient notre territoire, seuls demeurent 87 tribus indigènes réparties sur les 27 départements. Celles-ci portent dans leurs veines les traditions qui ont duré des générations.

 

L’ethnie blanche, essentiellement d’origine espagnole, a apporté sur le territoire colombien la tradition culturelle d’Hispanité. Le cas d’autres pays hispaniques tels que l’Argentine, l’Uruguay et le Chili, qui ont vécus des migrations venues de pays du Vieux Continent comme l’Allemagne, l’Italie et l’Angleterre, a été très différent.

 

La descendance africaine en Colombie compte sur une tradition culturelle importante. Cette population, venu d’Afrique, emmenés par les européens pour l’exploitation minière pendant la colonie, s’est affranchie principalement par le biais de peuplements appelées palenques. À l’époque, les mélanges avec africains et indigènes n’étaient pas courants en raison de leur assujettissement.

 

Le résultat du mélange de ces ethnies est une variété de traditions culturelles (musique, gastronomie, art, fêtes) qui combinent un passé ancestral autochtone et africain avec des coutumes espagnoles.

 

La Colombie est un pays de contrastes qui se reflètent par un paysage culturel varié qui cache des traditions millénaires. En matière de multiculturalisme, la Colombie est riche en sabrosura. Chacune de ces cultures possède des traditions très marquées qui demeurent intactes. Tout cela se reflète dans les plats délicieux, les musiques qui font bouger, les vêtements et les fêtes qui remplissent les colombiens de fierté.